le vague à l'homme

On a pansé nos plaies, soigné nos ecchymoses
Effacé nos douleurs en deux séances d’hypnose
On voulait tout changer choisir une autre vie
Brûler tous les cahiers,  effacer toutes les nuits

Mais quand on a le vague à l’homme
L’amour est-il assez ? 
Sans paracétamol, peut-on le supporter ?

On a  pansé nos plaies, nos plaisirs éphémères
Séché nos yeux mouillés de larmes au goût amer
Tu voulais me quitter, moi je voulais te suivre
J’avais  peur de mourir, toi tu craignais de vivre

Mais quand on a le vague à l’homme
L’amour est-il assez ?
Sans paracétamol, peut-on le supporter ?

On a ouvert les vannes pour que l’eau se déverse
Et nettoie les trottoirs du sang de nos promesses

Paroles : Christophe Piller
Musique : Christophe Piller